Napoléon (film, 2023)

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir Napoléon (homonymie).

Napoléon
Description de l'image Napoleon (film, 2023).png.
Données clés
Titre original Napoleon
Réalisation Ridley Scott
Scénario David Scarpa
Musique Martin Phipps
Acteurs principaux

Joaquin Phoenix
Vanessa Kirby
Tahar Rahim

Sociétés de production Apple Studios
Scott Free Productions
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Drame historique
Durée 158 minutes[1]
Sortie 2023

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

modifier Consultez la documentation du modèle

Napoléon (Napoleon) est un film américano-britannique réalisé par Ridley Scott, sorti en 2023.

Coproduit par Apple Studios, il s'agit d'un film biographique sur la vie de l'empereur Napoléon Bonaparte, incarné par Joaquin Phoenix.

Le film raconte les principaux moments de la vie de Napoléon : sa carrière d'officier, son accession au pouvoir, ses conquêtes territoriales, puis sa chute et son exil sur l'île de Sainte-Hélène[2],[3].

La vie de Napoléon est surtout filmée à travers le prisme de ses rapports passionnels, intimes et tourmentés avec Joséphine de Beauharnais, le grand amour de sa vie[4],[5].

Il montre enfin quelques-unes des principales batailles de la carrière de Napoléon, insistant notamment sur le siège de Toulon, la bataille d'Austerlitz et celle de Waterloo[6], montrant plus rapidement la bataille des Pyramides et celle de la Moskova[7].

Le film est sorti au cinéma dans certains pays, et sera diffusé sur la plateforme Apple TV+ à une date ultérieure.

Synopsis

Le film s'ouvre sur la phrase : « La misère qui règne en France a conduit à la Révolution française, qui a elle-même engendré davantage de misère. »

Jeune officier de l'armée française, Napoléon Bonaparte assiste, parmi une foule brandissant des drapeaux tricolores, à l'exécution de Marie-Antoinette le . Le chef révolutionnaire Paul Barras lui ordonne ensuite de participer au siège de Toulon, que ses habitants ont livré aux Britanniques. Fin 1793, le capitaine d'artillerie Bonaparte prend d'assaut le fort dominant le port duquel son feu chasse les navires britanniques. Il est nommé général de brigade.

Maximilien de Robespierre fait régner la Terreur, et les députés de la Convention le mettent en cause et le chassent en juillet 1794. Robespierre échoue dans sa tentative de suicide. Il meurt guillotiné. Les dirigeants français mettent fin à la Terreur et libèrent les prisonniers, dont Joséphine de Beauharnais, une veuve d'aristocrate. En octobre 1795, Barras confie à Bonaparte la mission de mater l'insurrection royaliste de vendémiaire : Bonaparte fait tirer aux canons en pleine rue, gagnant en popularité dans le camp républicain.

Napoléon courtise Joséphine qu'il épouse en mars 1796. Malgré leur activité sexuelle vigoureuse, ils n'ont pas d'enfant, au grand désespoir de Napoléon qui en veut à tout prix.

Après la campagne d'Italie (1796-1797), Napoléon part en Égypte où il remporte un nouveau succès lors de la bataille des Pyramides à l'été 1798. En août 1799, il décide cependant de rentrer en France précipitamment après avoir appris que Joséphine le trompe avec le capitaine Hippolyte Charles. Il reçoit alors de nombreux critiques de la part des membres du Directoire pour avoir abandonné ses troupes en Égypte. Napoléon les condamne pour leur mauvaise direction de la France et participe en secret au coup d'État du 18 Brumaire organisé par Emmanuel Sieyès, aidé notamment par son frère Lucien Bonaparte. Le coup d'État est couronné de succès et Napoléon devient alors Premier Consul le 20 novembre 1799 aux côtés de Sieyès et Roger Ducos.

Le 2 décembre 1804, Napoléon est couronné empereur des Français par le pape ; lors de la cérémonie du sacre, Napoléon se met audacieusement lui-même la couronne sur sa tête. Sur le plan diplomatique, Napoléon et son ministre des Affaires étrangères Talleyrand proposent la paix au Royaume-Uni et à l'Autriche, qui rejettent l'idée. Un an plus tard, le 2 décembre 1805, Napoléon remporte brillamment la bataille d'Austerlitz contre les Autrichiens et les Russes. Il reçoit l'empereur autrichien François Ier afin de conclure la paix. Le jeune tsar Alexandre Ier, quant à lui, refuse de négocier.

Malgré ce succès, Napoléon n'a toujours pas d'héritier pour lui succéder. Letizia Bonaparte, sa mère, le pousse alors à faire un enfant à la jeune (Éléonore Denuelle de La Plaigne) prouvant qu'il est fertile. Fin 1809, Napoléon divorce d'avec Joséphine. Après le refus du tsar Alexandre de lui offrir sa sœur Anna Pavlovna (15 ans) en mariage, Napoléon épouse l'archiduchesse Marie-Louise d'Autriche (18 ans). Elle donne naissance à un fils en 1811. L'amour de Napoléon pour Joséphine perdure.

Après que le tsar a renié le traité de paix qu'il avait signé avec la France, Napoléon envahit la Russie en 1812. Harcelée par les cosaques, l'armée de Napoléon remporte la bataille de la Moskova, malgré de lourdes pertes. À son arrivée à Moscou, il trouve la ville vide. Dans la nuit, il se réveille et découvre la ville en flammes, incendiée par les Russes. Napoléon est alors contraint de battre en retraite en plein hiver vers la Pologne, y arrivant avec seulement 40 000 survivants sur les 678 000 hommes de son armée.

En avril 1814, la guerre de la Sixième Coalition se termine par son abdication. Il est alors exilé dans la principauté de l'île d'Elbe. Il apprend que Joséphine — restée au château de Malmaison — est malade. En mars 1815, Napoléon rentre alors en France et parvient à revenir au pouvoir, ralliant en chemin les soldats que le nouveau roi Louis XVIII avait envoyés pour l'arrêter. À son arrivée à Paris, Hortense de Beauharnais lui apprend malheureusement le décès de sa mère Joséphine, en mai 1814.

Malgré son chagrin, l'empereur retourne se battre contre les nations coalisées contre la France. Lors de la bataille de Waterloo en juin 1815, il est battu par les Britanniques du duc de Wellington au moment où arrivent les Prussiens du maréchal Blücher. Après sa défaite, Napoléon prend la fuite et salue Wellington.

Alors que Napoléon se trouve à bord du vaisseau britannique le Bellerophon à quai à Portsmouth, Wellington lui annonce qu’il est exilé dans l'île de Sainte-Hélène. Il y meurt six années plus tard, en 1821, en entendant Joséphine lui faire signe qu'ils vont se retrouver.

Le film se termine par la liste du nombre de morts des principales batailles. Il précise que les guerres napoléoniennes ont causé la mort de près de trois millions de personnes entre 1793 et 1815.

Fiche technique

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[23] ; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[24]

Production

Genèse et développement

Le film devait initialement être développé sous le titre Kitbag par 20th Century Studios, mais le studio abandonne le projet fin 2020. Apple Studios acquiert alors les droits mondiaux du film, en acceptant un engagement de production important[25],[26].

Le , lors d'une interview pour le site Deadline.com, Ridley Scott déclare :

« Napoléon est un homme qui m'a toujours fasciné. Il est sorti de nulle part pour gouverner tout le monde ! Mais pendant tout ce temps, il menait une guerre amoureuse avec sa femme adultère Joséphine. Il a conquis le monde pour essayer de gagner son amour, et quand il ne le pouvait pas, il l'a conquis pour la détruire et s'est détruit dans le processus. […] Aucun acteur ne pourra jamais incarner Napoléon comme Joaquin. Il a créé l’un des empereurs les plus complexes de l’histoire du cinéma (Commode) dans Gladiator, et nous créerons un autre empereur de légende avec son Napoléon[27],[28]. »

En , la production annonce que le film n'est plus titré Kitbag, mais simplement Napoleon[29]. Lorris Chevalier, historien médiéviste ayant déjà travaillé avec Ridley Scott pour Le Dernier Duel devient par ailleurs le conseiller historique du film[30]. Dans le même mois, Joaquin Phoenix et Vanessa Kirby visitent le château de la Malmaison, l'hôtel des Invalides qui abrite le tombeau de Napoléon Ier à Paris, en France[réf. nécessaire].

Le , la bande-annonce officielle du film est publiée[31] et suscite de nombreuses réactions et analyses[32].

Attribution des rôles

En , Joaquin Phoenix est annoncé dans le rôle de Napoléon Bonaparte[33],[34].

En , Jodie Comer est choisie pour incarner Joséphine de Beauharnais. Ce choix provoque des réactions négatives de certains internautes en raison de l'âge de l'actrice : 19 ans plus jeune que Joaquin Phoenix qui incarne Napoléon. Cette différence d'âge n'est pas fondée, historiquement, puisqu'au contraire Joséphine de Beauharnais était plus âgée que Napoléon Bonaparte — elle avait 6 ans de plus[35],[36]. Télérama note que « le choix de Ridley Scott est d’autant plus discutable que Napoléon Bonaparte et Joséphine de Beauharnais, plus d’une fois incarnés à la télévision et au cinéma, l’ont généralement été par des acteurs du même âge »[37].

Finalement, en , l'actrice britannique est contrainte de céder sa place en raison de changement de planning liés à la pandémie de Covid-19 — l'actrice étant engagée sur la pièce de théâtre Prima Facie. C'est une autre Britannique, légèrement plus âgée, qui la remplace : Vanessa Kirby[38]. En , Tahar Rahim rejoint l’équipe du film afin d’incarner Paul Barras[39]. L'acteur marocain Youssef Kerkour, qui jouait déjà dans le précédent film du réalisateur (House of Gucci), est également présent dans ce film[40].

Tournage

Il est intéressant de noter qu'aucune scène du film Napoléon n'a été tourné en France[41], mais ironiquement majoritairement en Angleterre.

Le tournage commence en , au Royaume-Uni[27],[42]. Il a lieu sous le faux-titre Marengo, en référence à la bataille de Marengo (1800)[43]. Des scènes sont tournées à Lincoln en [44]. La cathédrale de Lincoln est utilisée comme décor à Notre-Dame de Paris. Le tournage a lieu très tôt durant deux jours[45],[46],[47].

Les prises de vues extérieures et intérieures des palais sont réalisées devant Somerset House à Londres (pour la scène d'exécution de Marie-Antoinette), à Peper Harow House dans le Surrey, Petworth House dans le Sussex, à Stowe House[48] et à West Wycombe Park dans le Buckinghamshire[49], au palais de Blenheim à Woodstock dans l'Oxfordshire[50],[51],[52], dans la Boughton House à Kettering dans le Northamptonshire[53] (à la place du château de Malmaison), ainsi qu'au Old Royal Naval College à Greenwich[48].

En , l'équipe se rend à Malte pour trois semaines. Le fort Ricasoli de Kalkara est notamment utilisé pour recréer l'assaut du fort Mulgrave lors du siège de Toulon[54],[55]. Les scènes dans le désert sont tournées en Égypte et au Maroc[48].

Peinture

Plusieurs plans du film reproduisent fidèlement des tableaux de l'iconographie de Napoléon, avec des œuvres de Jacques-Louis David, Maurice Orange, Jean-Léon Gérôme, Édouard Detaille, Elizabeth Thompson ou François Bouchot[56],[57],[58],[59] :

Musique

La musique du film est composée par Martin Phipps, alors que Steve Jablonsky a un temps été annoncé[60].

Accueil

Sortie et diffusion

Alors que le film ne devait initialement pas sortir en salles mais uniquement sur Apple TV+[33], la production annonce en avril 2023 qu'il sortira finalement dans les cinémas de certains pays — dont la France[61] — le . Il sera ensuite diffusé sur la plateforme[62].

Critiques

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

En France, le site Allociné propose une moyenne de 2,95, d'après l'interprétation de 32 critiques de presse[63], ainsi qu'une moyenne de 2,4/5 (2642 notes dont 803 critiques).

Box-office

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Napoléon réalise des débuts encourageants lors de sa sortie en France, terminant en tête des entrées le 22 novembre avec 121 840 billets vendus, soit plus que les derniers longs-métrages de Ridley Scott House of Gucci et Le Dernier Duel[64],[65].

Lors des deux premières journées d'exploitation aux États-Unis, le film engrange par ailleurs plus de 10 millions de dollars de recettes[64].

Analyse historique

Du point du vue historique, le film présente un certain nombre d'erreurs, bien que la trame de fond et la plupart des événements soient inspirés de la réalité.

Inexactitudes historiques

L'historien et chercheur en études napoléoniennes Patrice Gueniffey note par exemple que la scène d'ouverture durant laquelle Napoléon assiste à l'exécution de Marie-Antoinette d'Autriche n'a en réalité jamais eu lieu ; en effet, Napoléon se trouvait alors au siège de Toulon.

Le chercheur signale également que Napoléon n'a jamais fait bombarder les pyramides durant la campagne d'Égypte, contrairement à ce qui est présenté dans le film : la bataille des Pyramides a en réalité eu lieu près du village d'Embabeh[66], soit à une quinzaine de kilomètres des pyramides, visibles de loin mais hors de portée de l'artillerie napoléonienne[67].

D'autres spécialistes notent également des inexactitudes dans le déroulement des batailles. « Les batailles ne se sont pas déroulées comme ce qu'on voit dans le film » indique Grégory Spourdos, chargé d'études documentaires au musée de l'Armée[68]. L'historien et directeur de la fondation Napoléon Thierry Lentz s'étonne par exemple de voir « des soldats sortir des tranchées pour partir à l'assaut » durant la bataille de Waterloo, notant avec ironie que le conseiller historique du film aura probablement « confondu 1815 et 1915 »[69]. L'historien relativise également le nombre de soldats noyés dans les étangs gelés à la fin de la bataille d'Austerlitz : deux douzaines de morts selon l'historien et non des centaines comme le montre le film[69]. Un autre historien, de la même fondation, ayant participé à la publication de la Correspondance générale de Napoléon considère quant à lui que ces célèbres batailles menées par l'Empereur retranscrites dans le film sont « très cinématographiques, mais elles n’ont rien à voir avec la réalité ». Il dénote « un côté médiéval » décalé des combats du XIXe siècle où « on commence à vivre des guerres modernes, des guerres de masse, avec des avancées de troupes très organisées. [Dans les combats à l'écran], il manque des figurants »[70].

Dans la même lignée, Jean Tulard, spécialiste de l'époque napoléonienne, note des erreurs de dates et de décomptes des morts dans la liste des batailles affichée à la fin du film. Pour l'historien, « ces chiffres, énumérés à la fin du film, sont pour le moins fantaisistes »[71]. De même, François Houdecek, autre historien de la fondation Napoléon analyse la chronologie et constate que le réalisateur aménage celle-ci à sa guise jusqu'à parfois « faire des erreurs de date sur la rencontre entre Napoléon et sa femme, ainsi que sur la mort de cette dernière ». Des anachronismes pour le moins « dérangeants ». Concernant le personnage en lui-même cette fois-ci, ce même historien estime que l'acteur connu pour son rôle du Joker incarne un général « indolent alors que, dans la réalité, Napoléon était à 1000 à l'heure ». Il souligne de plus une incohérence dans l'âge de l'acteur principal « trop vieux pour le rôle » et qui en plus « n’évolue pas alors qu'il se passe une trentaine d’années entre le début et la fin du film ». Par ailleurs, le « regard pénétrant que l'on attribuait à Napoléon » n'est lui aussi pas présent, au contraire, selon l'historien l'acteur n'a pas su retranscrire « la majesté et le charisme du personnage » marqueurs de sa complexité[70].

Arrivée de Napoléon à Grenoble en 1815.

En revanche, la scène durant laquelle Napoléon rallie les soldats lors de son retour de l'île d'Elbe (la scène avec le 5e de ligne à la prairie de la Rencontre) est bien réelle. L’historien David Chanteranne confirme : « C'est exactement comme ça que ça s'est passé. […] Il s'avance en disant : « s'il en est un qui veut tuer son empereur, me voici ». Forcément, personne ne va prendre la responsabilité de tirer sur Napoléon[72] ». Par continuité, la scène de l'insurrection royaliste du 13 Vendémiaire dans les rues parisiennes en octobre 1795 est plutôt bien traitée dans le film. Un historien précise qu'« on dit souvent qu'il s'agissait essentiellement d'une foule de femmes et d'enfants, ce qui n'est pas tout à fait vrai. Il y avait de nombreux royalistes armés – sinon des soldats professionnels entraînés, en tout cas une milice bien armée – qui étaient prêts à prendre part à ce combat. [De plus], les éclats d'obus [utilisés lors de cette journée] sont très efficaces en tant qu'armes anti-personnel. Ils nettoient efficacement les rues et Napoléon en est récompensé » par sa nomination au poste de commandant de l'armée d'Italie[67].

Émilie Robbe, conservatrice en chef du patrimoine au musée de l'Armée, pointe plusieurs différences entre le sacre du film et celui de 1804, analysant notamment la phrase « j'ai trouvé la couronne de France dans le ruisseau et je l'ai ramassé de la pointe de mon épée […] », indiquant qu'il ne l'a pas prononcé lors de son couronnement, mais qu'il s'agit bien d'une phrase de Napoléon, cité par William Warden (en)[73], une référence bien connue des historiens britanniques, mais un peu « exotique » pour le public français. Elle fait aussi le parallèle avec le tableau du sacre par David, qui compte aussi plusieurs erreurs historiques (présence de Letizia et même de César sur la toile, placement incorrect des dignitaires, etc.) qui ont en fait des motivations politiques et artistiques[74].

De manière générale, l'historien David Chanteranne nuance l'importance des inexactitudes historiques présentes dans le film. Bien que « le caractère historique fait parfois défaut », il rappelle qu’un film comme Napoléon reste « un grand spectacle et de la création artistique[72] ».

En résumé, l'historien François Houdecek estime pour sa part que « visuellement, c’est un film magnifique, mais Ridley Scott se permet une grande licence artistique quant à sa vision de Napoléon : il dépeint une forme de réalité en prenant beaucoup de libertés »[70].

Rôle de Joséphine

Portrait de Joséphine de Beauharnais par François Gérard.

Rôle politique et influence

David Chanteranne note que le choix de Ridley Scott de prendre comme toile de fond la relation entre Napoléon et Joséphine peut se justifier, « tant Joséphine est essentielle pour comprendre l'ascension fulgurante de Napoléon[72]. » Il ajoute :

« Joséphine va lui permettre d'entrer dans les cercles du pouvoir. Elle connaît tous les codes à la fois de ce Directoire mais aussi de l'Ancien Régime. Cette synthèse que Bonaparte va faire ensuite entre l'héritage des Bourbons et la République, c'est grâce à Joséphine[72]. »

Émilie Robbe, conservatrice en chef du patrimoine au musée de l'Armée, confirme : « Joséphine a certainement exercé une influence sur Napoléon » tout en reconnaissant que « personne n’était dans leur chambre à coucher pour épier leur intimité ou écouter ce qu’ils se disaient », ce qui « laisse une place pour l’imagination »[68].

Néanmoins dans le film, comme le souligne l'historien de la fondation Napoléon François Houdecek, il manque à Joséphine son rôle politique : « C'est une souveraine forte qui joue un rôle d'intermédiaire pour Napoléon avec la Cour et la noblesse »[70].

Incohérences et invraisemblances

De son côté, l'historien Thierry Lentz estime que le choix du film de faire tourner l'ensemble du parcours de Napoléon autour de sa relation avec Joséphine est « poussé jusqu'à l'invraisemblance »[75].

Concernant leurs correspondances épistolaires, l'histoire démontre qu'« alors que le jeune général était complètement stupéfait, envoyant lettre d'amour sur lettre d'amour, Joséphine restait ambivalente », explique l'historienne Laura O'Brien. Les lettres d'amour écrites par Napoléon, note l'historien Zack White, sont si intenses et innocentes qu'elles « témoignent de son immaturité en matière d'amour ». Joséphine a finalement accepté de l'épouser, « reconnaissant qu'il était en pleine ascension et qu'il pouvait lui apporter sécurité et protection ». De plus, et comme c'est montré dans le film, à bien des égards Joséphine a été le soutien de Napoléon[67]. Néanmoins, comme le dénote l'historien François Houdececk, « toutes ces lettres [dans le film] sont fausses, elles ont été largement réécrites »[70].

David Chanteranne note également deux erreurs :

  • La première concerne le retour de Napoléon après la campagne d'Égypte. Contrairement à ce que montre le film, Napoléon ne serait pas rentré en France après avoir appris que Joséphine avait un amant mais pour des raisons politiques[72].
  • La seconde concerne la scène de la lecture de la lettre de divorce, durant laquelle Joaquin Phoenix gifle Vanessa Kirby afin qu'elle achève la lecture. « Ce n'est pas arrivé du tout. Elle perd connaissance et c'est finalement l'un des hommes dans l'entourage de Napoléon qui va lire cette lettre » précise l'historien[72].

Pour le chercheur Georges Mourier, cette scène du divorce reste cependant intéressante d’un point de vue historique car elle symbolise le « déchirement pour les deux époux », en particulier pour Napoléon qui doit sacrifier son amour au nom de la raison d'État. « Dans de rares scènes comme ça, Ridley Scott a pu exprimer le fait que Napoléon ait une idée de la France » explique-t-il[76].

Le chercheur note par contre une inexactitude concernant la date de la mort de Joséphine. En effet dans le film, cette dernière meurt en 1815 durant les Cent-Jours, au moment où Napoléon rentre en France pour aller la retrouver. En réalité, Joséphine de Beauharnais est morte le , bien avant les Cent-Jours. Selon le chercheur, Ridley Scott aurait ainsi volontairement « truqué » la date de la mort de Joséphine afin de donner « une motivation amoureuse » au retour de Napoléon[76].

Omissions

L'esclavagisme

Le site Mediapart note que le film de Ridley Scott ne fait pas mention de la loi du 20 mai 1802, par laquelle Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul, rétablit l'esclavage suite au refus des propriétaires d’esclaves et d'une alliance de ceux-ci avec l'Angleterre, malgré l'abolition par la France après la Révolution française par le décret du 4 février 1794[77] (ou le légalise dans les colonies où il n'avait pas été aboli dans les faits[78]). En effet, la bourgeoisie joua un rôle important dans le rétablissement de l’esclavage par Napoléon Bonaparte. Les planteurs et les négociants français, qui dépendaient économiquement des colonies, pressaient Bonaparte de rétablir l’esclavage pour protéger leurs intérêts économiques. Ce point est confirmé par l'historien Jean-François Niort, qui souligne l'influence d'un « lobby esclavagiste » dans la décision de rétablir l'esclavage[79]. « Manipulé par le lobby esclavagiste, Bonaparte pense que la Guadeloupe est à feu et à sang – ce qui est faux – et que le rétablissement de l’ordre passe par le rétablissement de l’esclavage » explique l'historien[79].

Le Code civil

De son côté, le chercheur Georges Mourier regrette que le film ne parle pas de l'œuvre juridique principale de Napoléon, le Code civil. Son domaine est très étendu, alliant le droit des personnes, le droit de la famille (filiation, mariage (civil), pacs, divorce), le droit des biens. En unifiant les pratiques issues de l'Ancien Régime et en les modernisant suivant les principes des Lumières, le Code civil de Napoléon a fondé les bases du droit moderne, tant en France que dans de nombreux autres pays conquis lors des Guerres napoléoniennes et dès lors rentrés dans la tradition romano-civiliste (par opposition aux pays de common law).

Commission des sciences et des arts en Egypte

Lors de la campagne d'Egypte, le trait de Napoléon est en fort décalage avec les faits historiques et sa volonté de connaître la culture de l'Egypte Antique. En effet, le film « fait l’impasse » sur l’expédition savante et culturelle qui accompagne l’armée de Bonaparte en Égypte. Cette expédition, composée de 167 savants, ingénieurs, techniciens, artistes, dont Gaspard Monge et Claude Berthollet, « s'inscrit dans l'esprit des Lumières » et dans la volonté de la République d’« apporter le savoir »[80]. Ces scientifiques étaient chargés de faire une étude encyclopédique de l'Égypte : les antiquités, l'histoire naturelle, la géographie et l'état actuel du pays.

On peut citer, par exemple Le 15 juillet 1799 Pierre-François-Xavier Bouchard lieutenant militaire, découvre la « pierre de Rosette » qui permettra à Jean-François Champollion de déchiffrer les hiéroglyphes.

Omissions contextuelles

Le spécialiste George Mourier note par ailleurs que la géopolitique de l'époque, la cause et la finalité des conquêtes militaires ne sont jamais expliquées[76].

De plus, François Houdecek, un historien de la Fondation Napoléon, rappelle que « ce personnage est multifacettes, c’est un législateur, un réformateur, un chef d’État… » mais déplore que l'« on ne voit pas toutes ces visions. Le film est très centré sur un point de vue subjectif du côté privé du personnage »[70].

Autres omissions

Il omet également la création des lycées, de la Légion d'honneur ou encore celles de plusieurs institutions comme la Banque de France et le Conseil d'État[76].

Parmi les batailles, la guerre d'indépendance espagnole n'est pas non plus abordée, ni même la campagne d'Italie[81] qui bouleversera l'Italie et l'ordre pontifical pendant plus de vingt années et créera la République romaine (1798).

La création de la 1ère puis 2e Compagnie d'aérostiers au monde est également passée à la trappe, alors que l'on sait qu'elle a eu une influence majeure sur les guerres napoléoniennes. La Compagnie d'aérostiers est la première unité aérienne du monde, créée le 2 avril 1794 en France, pour utiliser des aérostats comme ballons d'observation à des fins de renseignement militaire en temps réel[82].

Version longue

En , le réalisateur Ridley Scott déclare qu'une version longue du film d'une durée de 4 heures avec de nombreuses scènes coupées autour de Joséphine de Beauharnais sera aussi commercialisée[83],[84].

Distinctions

Nominations

Notes et références

Notes

  1. Il est surnommé par ses hommes, puis par Napoléon lui-même, le « Brave des braves » après la bataille d'Iéna. Lui ont aussi été donnés d’autres surnoms, tels que « Le Lion rouge » ou « Le Rougeaud », tous en rapport avec ses cheveux roux et sa peau rougie par le soleil. Il a pour habitude de charger à la tête de ses troupes. Son commandement favori est : « Direction, le trou du cul de mon cheval, chargez ! »

Références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Napoleon (2023 film) » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Maggie Dela Paz, « Napoleon Runtime Revealed for Ridley Scott and Joaquin Phoenix Movie », sur ComingSoon.net - Movie Trailers, TV & Streaming News, and More, (consulté le ).
  2. « “Napoléon”, de Ridley Scott : spectacle assuré, mais pas une œuvre définitive », sur Courrier International, .
  3. Antoine Desrues, « Apple continue sa guerre contre Netflix et se paye le film de Ridley Scott sur Napoléon », sur ecranlarge.com, (consulté le ).
  4. Aymeric Parthonnaud, « Joaquin Phoenix sera le Napoléon de Ridley Scott dans Kitbag (Apple) », sur rtl.fr, (consulté le ).
  5. Clément Cuyer, « Joaquin Phoenix va jouer Napoléon pour Ridley Scott ! », sur allocine.fr, (consulté le ).
  6. acky Bornet, « "Napoléon" : Ridley Scott bat en retraite face à l'Empereur, faute de temps », sur France info, .
  7. Ivan Fort, « Combien des 66 batailles de carrière de Napoléon sont révélées dans le film de Ridley Scott », sur Volsiz, .
  8. Florian Mihu, « Ridley Scott va réaliser un film sur Napoléon joué par Joaquin Phoenix », sur disneyphile.fr, (consulté le ).
  9. « Le studio Apple va produire un film de Ridley Scott sur Napoléon avec Joaquin Phoenix », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  10. (en) Mike Fleming Jr, « Ridley Scott Eyes Another Epic: Joaquin Phoenix As Napoleon In Kitbag As Director Today Wraps The Last Duel », sur deadline.com, (consulté le ).
  11. « Apple va produire Kitbag, le film de Ridley Scott sur Napoléon », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  12. Edouard Orozco, « Le Napoléon de Ridley Scott a une date de sortie au cinéma en France », Premiere,‎ 04/04/2023 à 07:21, p. 1 (lire en ligne).
  13. « Napoléon : Ridley Scott a un montage de 4h30 "fantastique", et il espère pouvoir le sortir », sur premiere.fr, (consulté le ).
  14. Sarah Saadi-Garcia, « Faut-il aller voir le Napoléon de Ridley Scott ? », sur Le Soir, .
  15. Ricard Werley, « Napoléon 1er l'Helvète: le film qu'on veut voir après celui de Ridley Scott », sur Blick, .
  16. (en) IMDb, « Napoleon (2023) - Parents Guide » (consulté le ).
  17. « Une décapitation et plusieurs scènes de bataille sanglantes réalistes mêlant hommes et chevaux sont susceptibles d’impressionner un jeune public. » - Centre national du cinéma et de l'image animée, « Napoléon : Visas et Classification », sur www.cnc.fr (consulté le ).
  18. « Le film de Ridley Scott sur Napoléon se précise », sur rtbf.be, (consulté le ).
  19. Gael Delachapelle, « Après Joker, Joaquin Phoenix sera Napoléon dans le prochain Ridley Scott », sur ecranlarge.com, (consulté le ).
  20. (en) Brent Lang, « Ridley Scott, Joaquin Phoenix’s Napoleon Epic Kitbag Sells to Apple Studios », sur variety.com, (consulté le ).
  21. « Napoléon : coupée au montage, Ludivine Sagnier sera dans la version longue », sur Première.fr, (consulté le ).
  22. Pierre Charrier, Le Maréchal Davout, Paris, Nouveau Monde - Fondation Napoléon, , 806 p. (ISBN 2-84736-111-1, lire en ligne).
  23. « Fiche de doublage - Napoléon », sur RS Doublage.
  24. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage.qc.ca (consulté le ).
  25. Charles Martin, « Le Napoléon de Ridley Scott avec Joaquin Phoenix sortira en streaming sur Apple TV+ », sur Première, .
  26. (en) Hoai-Tran Bui, « Ridley Scott’s Napoleon Film Kitbag Starring Joaquin Phoenix Heads to Apple », sur slashfilm.com, (consulté le ).
  27. a et b (en) Mike Fleming Jr, « Apple Studios Commits To Kitbag, Ridley Scott-Directed Epic With Joaquin Phoenix As French Conqueror Napoleon Bonaparte », sur deadline.com, (consulté le ).
  28. Charles Martin, « Le Napoléon de Ridley Scott avec Joaquin Phoenix sortira en streaming sur Apple TV+ », sur Première, (consulté le ).
  29. (en) « Ridley Scott's Kitbag Changes Title to Something Much Less Imaginative », sur Collider, (consulté le )?.
  30. « «Il faut accepter les détails» fictifs : le conseiller historique pour le film Napoléon explique son rôle sur le tournage », sur Le Figaro, (consulté le ).
  31. « Bande-annonce de "Napoleon" » Accès libre.
  32. « Analyse vidéo de la bande-annonce de "Napoleon" par le musée de l'Armée (Paris) ».
  33. a et b Charles Martin, « Joaquin Phoenix sera Napoléon Bonaparte dans Kitbag, le prochain Ridley Scott », sur Première, (consulté le ).
  34. « Joaquin Phoenix incarnera Napoléon dans un prochain film de Ridley Scott », sur Le Figaro, (consulté le ).
  35. « Napoléon par Ridley Scott : Joaquin Phoenix a trouvé sa Joséphine », sur Le Figaro, .
  36. Capucine Trollion, « Kitbag : pourquoi le casting du film de Ridley Scott sur Napoléon pose problème », sur RTL, .
  37. Émilie Gavoille, « Des actrices plus jeunes que l’âge de leur rôle, ce n’est pas trop vieux jeu ? », sur Télérama, .
  38. « Kitbag : le biopic de Ridley Scott sur Napoléon remplace son actrice principale », sur Écran large, (consulté le ).
  39. « Un célèbre acteur français rejoint le film Napoléon de Ridley Scott (Gladiator) », sur Allociné, (consulté le ).
  40. (en) « Youssef Kerkour on House of Gucci and Challenging Typecasting », sur Golden Globes, (consulté le ).
  41. « La musique corse à l'honneur dans le Napoléon de Ridley Scott - France Bleu », sur ici par France Bleu et France 3, (consulté le )
  42. Axelle Bouschon, « Joaquin Phoenix sera le Napoléon Bonaparte d'Apple », sur France 3 Régions / France TV Info, (consulté le ).
  43. (en) Ellis Karran, « Movie set at Lincoln Cathedral continues to expand ahead of Napoleon filming this week », sur The Lincolnite, (consulté le ).
  44. (en) Joseph Verney, « Hollywood filmmaker Ridley Scott casting for new movie in Lincoln starring Joaquin Phoenix », sur The Lincolnite, (consulté le ).
  45. (en) « Napoleon filming set to start soon », sur Lincolnshire County Council, (consulté le ).
  46. (en) Ellis Karran, « Lincoln Cathedral plays role of Notre Dame on Napoleon film set », sur The Lincolnite, (consulté le ).
  47. (en) Ellis Karran, « Watch: Joaquin Phoenix and Ridley Scott spotted at Lincoln Cathedral during Napoleon filming », sur The Lincolnite, (consulté le ).
  48. a b et c (en) « Why an English country house became Chateau Bonaparte in Ridley Scott’s Napoleon », sur filmandfurniture.com, .
  49. (en) Rory Butler et Noora Mykkanen, « Ridley Scott Napoleon 2023: film crew spotted at West Wycombe Park », sur Bucks Free Press, (consulté le ).
  50. (en) Sophie Perry, « Film directed by Ridley Scott starring Jodie Comer and Joaquin Phoenix to shoot in Oxfordshire », sur Oxford Mail, (consulté le ).
  51. (en) Liam Ryder, « Is Napoleon filming in West Wycombe? Apple-produced biopic starring Joaquin Phoenix reportedly shooting in Bucks », sur Buckinghamshire Live, (consulté le ).
  52. (en) Lily Morl, « Napoleon biopic film starring Joaquin Phoenix to close Buckingham road next month », sur Buckinghamshire Live, (consulté le ).
  53. (en) Alison Bagley, « Hollywood Napoleon movie comes to Kettering stately home », sur Northamptonshire Evening Telegraph, (consulté le ).
  54. (en) Jennifer Green, « Malta Is Ready for Its Close-Up as a Prime International Shooting Destination », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  55. (en) Geoffrey Macnab, « Russell Crowe, Ridley Scott, Colin Trevorrow honoured at inaugural Malta Film Awards » Accès limité, sur Screen Daily, (consulté le ).
  56. Stéphane Dreyfus (intervieweur) et Émilie Robbe (interviewée), « Ridley Scott est un peintre de la légende napoléonienne », La Croix, .
  57. Bruno Calvès, « Napoléon mal étreint », L'Histoire, .
  58. Alexander Mikaberidze, « Napoléon de Ridley Scott : de Trafalgar à Waterloo — sans Austerlitz », Le Grand Continent, .
  59. Aymeric Parthonnaud, « "Napoléon" : faux, spectaculaire ou vain... Que vaut le nouveau film de Ridley Scott ? », RTL, .
  60. « Napoleon (2023) », sur cinezik.org (consulté le ).
  61. « Le "Napoléon" de Ridley Scott sortira en salles "en France et dans le monde entier" », sur Le Film français, (consulté le ).
  62. Brent Lang, « Ridley Scott, Joaquin Phoenix Epic ‘Napoleon’ Gets Exclusive Theatrical Release Before Apple TV+ Debut », sur Variety, (consulté le ).
  63. « Critiques presse pour le film Napoléon », sur Allociné (consulté le ).
  64. a et b Constance Jamet, « Napoléon réussit son assaut sur les box-offices français et américain », sur Le Figaro, .
  65. Jérôme Vermelin, « Malgré les critiques, "Napoléon" de Ridley Scott s’empare de la tête du box-office français », sur TF1, .
  66. François-Guillaume Lorrain et François Malye, « Patrice Gueniffey : « “Napoléon”, c’est le film d’un Anglais… très antifrançais » », sur Le Point, .
  67. a b et c « Réalité et fiction dans "Napoléon", le nouveau film sur l'emblématique empereur français », BBC News Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. a et b Caroline Vié, « « Napoléon » : Ridley Scott a-t-il vraiment pris des libertés avec l’histoire ? », sur 20 Minutes, .
  69. a et b Thierry Lentz, « Napoléon de Ridley Scott: « Ni révolutionnaire, ni impérial » », Le Figaro magazine,‎ (lire en ligne).
  70. a b c d e et f « Napoléon : quatre questions sur le film de Ridley Scott, mal accueilli en France », sur actu.fr, (consulté le ).
  71. Marine Benoit, « Batailles, relation avec Joséphine... Jean Tulard, spécialiste de Napoléon, démêle le vrai du faux du biopic de Ridley Scott », sur Sciences et Avenir, .
  72. a b c d e et f Nathan Laporte, « Napoléon : un historien décortique le film de Ridley Scott », sur Europe 1, .
  73. William Warden (trad. Augustin Cabanès), Napoléon jugé par un Anglais : lettres de Sainte-Hélène, correspondance de W. Warden, chirurgien de S. M. à bord du "Northumberland", qui a transporté Napoléon Bonaparte à Sainte-Hélène, Paris, librairie Henri Vivien, , 492 p., lire en ligne sur Gallica.
  74. Émilie Robbe, « Napoléon : décryptage de 3 extraits par une HISTORIENNE (du Musée de l'armée) », sur YouTube, .
  75. « Ce n’est pas Joséphine qui a fait Napoléon », sur www.lhistoire.fr (consulté le ).
  76. a b c et d Annie Yanbekian, « Spécialiste de Napoléon, Georges Mourier a vu le film de Ridley Scott : "On ne pourra vraiment juger le film qu'une fois qu'on aura vu la version longue" », sur France info, .
  77. Bérénice Gabriel, Julie Morhange, « Napoléon au cinéma : et l’esclavage dans tout ça ? », sur Mediapart (consulté le ).
  78. « 20 mai 1802 : Bonaparte légalise l'esclavage », sur Herodote.net (consulté le ).
  79. a et b « L’exposition « Napoléon » à Paris écorne le mythe Bonaparte en présentant deux actes officiels sur l’esclavage », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  80. François Malye, « « Napoléon » de Ridley Scott : l’étrange vision britannique de la campagne d’Égypte », Le Point,‎ (lire en ligne).
  81. S. Bouchereau, « Le film de Ridley Scott, ou Napoléon pour les nuls », sur petitbleu.fr, (consulté le ).
  82. (en) Frederick Stansbury Haydon, Military Ballooning During the Early Civil War, Johns Hopkins University Press, , 504 p., p. 5-15.
  83. « 4h30 de Napoléon : Ridley Scott veut sortir une version longue avec Joaquin Phoenix ! », sur Allociné, (consulté le ).
  84. « Napoléon : Ridley Scott compte bien sortir sa version de 4h en streaming », sur Premiere.fr, (consulté le ).

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • (en) Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata
  • Ressources relatives à l'audiovisuelVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • AllMovie
    • Allociné
    • Centre national du cinéma et de l'image animée
    • IMDb
    • Rotten Tomatoes
    • The Movie Database
  • Ressource relative à plusieurs domainesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Metacritic
v · m
Réalisateur
Producteur
Articles connexes
v · m
Séries
Depuis 2019
  • Dickinson (2019 - 21)
  • For All Mankind
  • Helpsters
  • Le secret de la plume
  • Oprah's Book Club (2019 - 21)
  • See (2019 - 22)
  • Servant (2019 - 23)
  • Snoopy dans l'espace (2019 - 21)
  • The Morning Show
  • Truth Be Told : Le Poison de la vérité
Depuis 2020
Depuis 2021
  • 1971 : The year that music changed everything (2021)
  • Acapulco
  • Calls (2021)
  • Dr. Brain
  • Foundation (saisons : 1, 2)
  • Harriet l’espionne
  • Hello, Jack ! Un monde de gentillesse
  • Histoire de Lisey (2021)
  • Invasion
  • Le Snoopy Show
  • Losing Alice (2021)
  • Mission : adoption
  • Mr. Corman (2021)
  • Otis, à la rescousse !
  • Physical
  • Schmigadoon!
  • Swagger (en)
  • The Line (2021)
  • The Me You Can’t See (2021)
  • The Mosquito Coast (2021 - 23)
  • The Problem with Jon Stewart (en)
  • The Shrink Next Door (2021)
  • Watch the Sound with Mark Ronson (en)(2021)
  • Wolfboy et la fabrique de l’étrange
Depuis 2022
  • Amber Brown
  • Bad Sisters
  • Black Bird (2022)
  • Bretzel et les bébés chiens
  • Conn : la grande escroquerie (2022)
  • Drôle de science
  • Echo 3 (en)
  • Five Days At Memorial (2022)
  • Fraggle Rock : l'aventure continue
  • Gutsy (2022)
  • La petite ferme enchantée
  • La vie selon Ella
  • Le dilemme Lincoln (2022)
  • Le monde maxi de Sango Mini
  • Les Derniers Jours de Ptolemy Grey (2022)
  • Loot
  • Make or Break : au sommet des vagues
  • Now and Then
  • Pachinko
  • Planète préhistorique (2022)
  • Plume et Duvet
  • Pomme de pin et Poney
  • Poulette pipelette
  • Roar
  • Severance
  • Shantaram (2022 - 23)
  • Shining Girls (en)
  • Slow Horses
  • Slumberkins : un monde tout doux
  • Super-Sourde (2022)
  • Surface
  • Surfside Girls
  • Suspicion
  • The Afterparty
  • The Essex Serpent (2022)
  • The Long Game : Bigger Than Basketball (2022)
  • Appelez-moi Magic Johnson (2022)
  • Un pas à la fois
  • WeCrashed (2022)
Depuis 2023
Depuis 2024
Continuité
  • Carpool Karaoke : la série (depuis 2022, saison 5)
À venir
NC = non communiqué
  • Presumed Innocent (juin 2024)
  • Hedy Lamarr (NC)
  • Bad Monkey (en) (NC)
  • The Changeling (en) (NC)
  • Chief of War (en) (NC)
  • Criminal Record (en) (NC)
  • Disclaimer (NC)
  • Hijack (NC)
  • Lady in the Lake (NC)
  • Manhunt (NC)
  • Presumed Innocent (en) (NC)
  • Sinking Spring (en) (NC)
  • Sugar (NC)
  • Sunny (NC)
  • Time Bandits (en) (NC)
Films
Sortis en 2019
  • Hala
  • The Elephant Queen (en)
Sortis en 2020
Sortis en 2021
  • 11 septembre : dans la cellule de crise du Président
  • Billie Eilish: The World's a Little Blurry
  • Cherry
  • CODA
  • Come from Away
  • Finch
  • La bataille de Noël
  • Palmer
  • Qui es-tu, Charlie Brown ?
  • Sous la surface (en)
  • Swan Song
  • The Velvet Underground
Sorti en 2022
Sorti en 2023
  • Sharper (février 2023)
  • Tetris (mars 2023)
  • Ghosted (avril 2023)
À venir
NC = non communiqué
Autres
courts-métrages et productions spéciales
Sortis en 2020 - 21
  • Blush (2021)
  • L'Année où la Terre a changé (2021)
  • Mariah Carey's Magical Christmas Special (en) (2020)
  • Mariah’s Christmas : The Magic Continues (2021)
  • Nous sommes là : notes concernant la vie sur la planète Terre (2020)
  • Snoopy présente : Le nouvel an de Lucy (2021)
Sorti en 2022
  • Snoopy présente : Chaque geste compte, Charlie Brown
  • Snoopy présente : bonne fête Maman (et Papa) !
  • Snoopy présente : L'école selon Lucy
  • L'enfant, la taupe, le renard et le cheval
À venir
  • (en attente d'annonces)
Sports
diffusion réservée à certains pays
MLB
Matchs
Émissions
  • Friday Night Baseball (saison 2022)
  • Countdown to First Pitch (saison 2022)
  • MLB Big Inning (saison 2022)
  • MLB Daily Recap (saison 2022)
Chaîne
  • All MLB, All Day (24h/24)
MLS
Matchs
Émissions
  • (en attente d'annonces)
Podcasts
  • Voir Apple Podcasts (service diffuseur), et la section Apple TV+.
  • icône décorative Portail du cinéma américain
  • icône décorative Portail du cinéma britannique
  • icône décorative Portail des années 2020
  • icône décorative Portail de la Révolution française
  • icône décorative Portail du Premier Empire
  • icône décorative Portail de l’Armée française
  • icône décorative Portail de la Grande Armée
  • icône décorative Portail d’Apple